De colon à… Mendoza!

Une nouvelle carte est disponible, avec l’itinéraire réellement effectué jusqu’ici, le lien est dans la barre ci-dessus.

Les photos de Colon et du trajet en bus sont disponible dans un nouvel album (presque toutes avec légende)

Le titre de l’article vous intrigue sans doute… nous devrions être en route vers Iguaçu. On vous avait prévenu, notre itinéraire n’est absolument pas figé!

Je vais vous expliquer pourquoi on est à Mendoza… mais revenons d’abords quelques jours en arrière.

Nous vous avions laissé après notre première journée de repos à Colon. Le lendemain nous avons quitté l’auberge, pour aller au camping, nettement moins cher.

On profite!

Camping de Colon

Nous avons donné notre linge à laver et nous sommes rendus à la gare des bus pour voir si on pouvait prendre un bus pour aller à Mercedes car nous avions entendu dire que la route 14, que nous devions prendre pour y aller était dangereuse. La réponse fut sans appel: impossible de mettre les vélos dans un bus.

Nous nous résolvons donc à prendre la route le lendemain après avoir récupéré notre linge. Nous nous mettons donc en route mardi en fin de matinée. Nous avons à peine fait 8km que j’entends un grand bruit de choc… je regarde dans le rétro… 2 motos sont entrées en collision derrière moi, l’une d’entre elle glisse dans ma direction, j’appuie plus fort sur les pédales, elle ne m’atteindra pas. La fille (qui était sur la moto la plus en arrière, à l’origine de l’accident?) git sur la route. Rémy fait signe à des automobilistes de s’arrêter, ils regardent ensemble à elle puis quand les autres ont pris les choses en main Rémy s’occupe de la circulation. Elle bouge rapidement, se rassied malgré les conseils des hommes de ne pas bouger… elle n’a probablement rien de grave.

Une fois les policiers et ambulances venus sur les lieux et repartis notre décision est prise, nous faisons demi tour et retournons à la gare des bus pour re-négocier la prise en charge de nos vélos, nous savons que de nombreux autres cyclo touristes ont pris le bus en Argentine avec des vélos.

Les personnes aux guichets ne sont pas les même que la veille et la réponse est bien différente: normalement pas de problème mais il faut demander au chauffeur quand le bus arrive, pour vérifier qu’il a la place.

Nous retournons passer la nuit au camping, nous remettre de nos émotions et réfléchir à la suite. Suite à nos réflexions et recherches sur internet concernant la routes et les paysages plus au nord, nous décidons de nous rendre directement à Mendoza. Dans le nord-est on voulait surtout voir les chutes d’Iguazu, on ira sans doute plus tard, en bus, en laissant les vélos quelque part dans le nord-ouest argentin.

Mercredi nous nous sommes donc rendus à la gare des bus, avons démonté le porte-bagage, enlevé la roue arrière et le siège en attendant le bus afin de maximiser nos chances d’être acceptés. Vers midi le bus pour Parana (où il faut qu’on aille pour prendre le bus pour Mendoza) arrive… et le chauffeur nous dit oui de suite. Je cours acheter les billets pendant que Rémy charge nos affaires, c’est la course mais à 12h12 on est dans le bus avec vélos et bagages, ouf! (Et sans devoir payer aucun supplément!)

Prêts pour le bus

Nous espérions nous reposer… mais une mère s’installe juste devant nous avec ses 2 enfants, dont le plus jeune ne fera que crier ou pleurer durant les 4 heures que durent le trajet, sa mère semblant n’avoir aucune autorité sur lui. Le seul moment où il a été calme c’est quand on nous a servi la collation.

Nous arrivons à Parana une demi-heure avant le départ du premier bus de nuit (qui a lieu à 17h), nous décidons de tenter notre chance sur celui-là. Rémy va voir les chauffeurs qui refusent, je vais ensuite au guichet de la compagnie, l’homme au guichet vient avec moi voir les chauffeurs. D’après ce que je comprends on peut prendre le bus mais les vélos doivent voyager à part, il m’emmène d’ailleurs au guichet d’envoi des colis, où la dame m’annonce le prix pour les vélos… et que ce n’est possible qu’à 17h, il faut donc se décider vite!

Je retourne près de Rémy qui a son tour va demander plus d’explications, en fait il faut payer un supplément pour les vélos (environ 50% du prix d’un billet par vélo), qui ne seront pas considérés comme bagages accompagnés mais comme colis… mais voyageront sur le même bus… à ce moment il est 16h50, Rémy revient vers moi, me dit de foncer avec mon passeport pour acheter le billet pendant qu’il s’occupe de charger les bagages. (La raison pour laquelle on va toujours seule à la recherche d’information est qu’il faut toujours qu’un de nous deux garde un oeil sur les bagages).

Je stresse un peu car il faut plus de 10 minutes pour acheter le billet, Rémy se demande ce que je fais… mais on fini par partir avec tout, en direction de Mendoza!

Nous sommes en catégorie cama, la moins bonne sur notre bus qui contient aussi des sièges de première classe… mais déjà très confortable, rien à voir avec les euroline! Sur les bus longues distances on trouve 3 catégories de sièges: les semi-cama, qui s’inclinent à 120 degrés, les cama, à 150 degrés et les première classes, qui se mettent à l’horizontale. L’inclinaison au niveau des jambes est la même que celle du siège. On nous fournit un oreiller et une couverture. On a bien dormi.

ça c'est du confort!

Les repas sont compris: une collation vers 18h30, un repas copieux et bien meilleur que dans les avions à 22h30 et à nouveau la même collation pour le petit-déjeuner.

Notre repas du soir

Le soir 2 films sont diffusés et entre les 2 a lieu une partie de bingo, le premier qui rempli sa grille gagne une bouteille de vin. (On est contents d’avoir assez bien compris les films en lisant les sous-titre en espagnol, nous progressons).

On est arrivés hier matin à 8h du matin à Mendoza et là, nouvelle surprise, on nous décharge tout nos bagages à l’endroit où les passagers descendent… mais les vélos étant considérés comme colis ils seront déchargés à l’autre bout de la gare routière. Il nous est impossible de porter toutes nos affaires en une fois, je reste donc à surveiller les bagages pendant que Rémy va récupérer les vélos et les ramène (sur un chariot poussé par quelqu’un de la gare des bus).

Remontagedes vélos

On procède alors au remontage et vers 10h on peut enfin se mettre en route à la recherche d’une auberge… pas de chance nous arrivons une nouvelle fois en ville à l’approche d’un weekend et les 2 premières n’ont plus de double, la 3ème pour une seule nuit mais on nous promet un dortoir rien que pour nous pour les 2 nuits suivantes si aucune double ne se libère, on s’installe donc.

Le jardin de l'auberge

Hier on a été faire un petit tour dans la ville. Ce matin, on a dû libérer la chambre à 10h et le dortoir sera nettoyé pour 13h. En attendant je m’occupe du tri des photos et de l’écriture des articles pendant que Rémy nettoie les vélos.

Ce soir on va avoir notre premier asado (barbecue) argentin, organisé par l’auberge.

Publicités

6 Responses to De colon à… Mendoza!

  1. gidebo dit :

    tout le charme du voyage à vélo dès qu’il s’agit de prendre un bus 😀

  2. JoCo dit :

    Un peu (beaucoup) de stress, des imprévus, de bons moments, voila qui doit être assez conforme à ce que vous attendiez. Et ce qui nous attend quand on aura enfin la chance de pouvoir partir

    • Ange dit :

      Oui… et les imprévus continuent…
      Vous partez quand? (Et qui êtes vous? Est-ce à vous que j’ai répondu sur VF à propos d’un trajet en bus avec les vélos?)

      • JoCo dit :

        Notre départ est pour dans quelques années, disons entre deux et cinq. Ceci parce que nous serons alors en retraite et que nous pourrons enfin réaliser un rêve.
        D’ici là, nous suivons avec beaucoup d’intérêt les voyageurs qui publient leurs récits, le votre figurant au premier plan.

        JoCo

  3. Diane dit :

    ça a du être un choc de voir un accident de Motos aussi près!
    On a du chocolat, des bonnes frittes, de super truc..mais pourquoi on a pas de bus aussi luxueux chez nous???!!!
    Et c’est quoi comme type de repas que tu montres en photo?

    • Ange dit :

      Oui, clair, quand je suis descendue de vélo j’avais les jambes toutes tremblantes… et on avait un peu peur de ce qu’on allait voir en s’approchant de la fille.

      Pour ce qui est du repas, si tu parles de celui du bus, on avait des mini-tartines et un petit toast comme entrée, puis du poulet avec une sauce aux légumes et de la purée puis du flan et un bonbon!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :