Bardas Blancas – Barrancas

On quitte le camping à 7h30 dans l’espoir caché d’atteindre Ranquil Norte mais cela nous semble quand même fort loin (un peu plus de 120km). Les 58 premiers km sur le goudron sont superbes. On longe le lit du Rio Grande, on voit de superbes décors et en plus ça descend pas mal 🙂

Il fait frais lorsqu'on se met en route au petit matin!

Le long du Rio Grande

Tranquille le début d'étape!

Vers 13h, nous arrivons à la pasarela, lieu où le goudron se transforme en piste sur 52km. Ce coin est aussi très joli avec le rio qui se fraie un chemin dans la roche volcanique. A notre gauche, on commence à apercevoir le parc La Payunia et ses nombreux volcans qui nous font fortement penser à Lanzarote.

Volcans du parc national Payunia

Le Rio Grande se fraie un passage dans la roche volcanique

La piste, quand à elle est vraiment pourrie. Du gros ripio et pas mal de sable. La roue arrière patine, glisse, c’est très physique pour avancer et on doit régulièrement pousser. Et en plus de ça, le soleil cogne très fort et nous n’avons pas la possibilité de nous mettre à l’ombre.

On continue notre route, tant bien que mal en essayant de profiter de ces superbes paysages malgré les coups de fatigue … Vers 15h, on aperçoit un minuscule coin d’ombre contre de la roche volcanique alors on décide de s’y blottir un bon moment. C’est très petit, il fait encore très chaud mais ça nous protège du soleil. Notre eau est brûlante, elle n’est pas très agréable à boire mais faut faire avec 🙂

Un minuscule coin d'ombre où nous restons plus d'1h

On reprend la route vers 17h mais après quelques km, on n’en peut plus. Angélique voudrait continuer au maximum pour en faire le plus possible aujourd’hui mais je préfère qu’on campe là, pour avoir l’énergie de monter la tente, manger et être à peu près en forme demain.

Alors qu’on commence à descendre les affaires en contre bas de la route on fait signe à un argentin en 4×4 de s’arrêter. Il nous demande si on a besoin de quelque chose et nous donne très gentiment 3 litres d’eau assez fraiche et 2 pommes. Quel bonheur ! 🙂

Nous bivouaquons au milieu des roches volcaniques et du sable, avec une superbe vue sur les sommets environnants. Le soir, on n’a pas faim, on est trop fatigués pour ça, on cuisine à peine une soupe et on va se coucher alors qu’il fait encore jour. Je m’endors rapidement mais je suis vite réveillé par le vent qui souffle très fort. J’angoisse un peu à l’idée que la tente ne tienne pas le choc. Je sais qu’il y a peu de chance mais je n’arrive pas à me défaire de cette angoisse. Je pense à des choses plus gaies et finalement ça va mieux. Tous les deux, on s’endort paisiblement sous cette tente qui gigote dans tous les sens. Le vent s’arrêtera pendant la nuit.

Le lendemain le réveil est difficile à 5h20 mais on doit partir tôt pour finir cette piste avant les heures chaudes. Deux véhiculent passent pendant qu’on démonte la tente… les deux font marche arrière après nous avoir vu, pour nous demander si tout va bien!

Dur le réveil!

Les paysages sont somptueux au réveil, avec la luminosité matinale. C’est un des avantages indéniables du camping sauvage!

Hier, on nous a dit qu’il nous restait environ 25km. On replie vite les bagages et à 7h on est en selle. Après même pas 1km, on est déjà crevé, on doit pousser beaucoup et s’arrêter régulièrement pour récupérer … On continue d’avancer dans l’idée d’arrêter le premier pick-up qui passera. Pas la peine de tenter le diable, on n’arrivera jamais à faire ces 25km en un seul jour…

Notre sauveur!

800m plus tard, un pick-up s’arrête. On charge les vélos et il nous dépose 15km plus loin, à El Zampal, à la fin de la portion la plus pourrie. Il travaille là, dans une exploitation pétrolière. On est très content car vu ce qu’on a aperçu du pick-up, jamais on n’y serait arrivé, la piste était vraiment pourrie ! Et finalement, ce sera le seul pick-up de la journée qui passera dans ce sens.

A partir de là, on roule toujours sur de la piste mais en meilleur état. Enfin, pas trop longtemps, car après elle se dégrade pas mal sans toutefois atteindre le même état que la précédente. On passe la matinée à grimper 20km de piste mais avec un temps assez doux, le soleil étant caché par les nuages, mais avec un vent fort de face. Les paysages sont toujours grandioses mais nos corps sont vraiment fatigués. A plusieurs reprises, je n’en peux plus mais Angélique me remonte le moral. Chacun son tour 🙂

Vers 14h30, on retrouve le goudron ! C’est la délivrance ! On roule vers Ranquil Norte que l’on atteint 2h plus tard, après encore pas mal de montées. A Ranquil Norte, il n’y a rien. On peut juste poser notre tente, c’est tout. On est instantanément d’accord pour poursuivre notre chemin jusqu’à Barrancas, 27km plus loin.

La route commence par une belle montée oú l’on aperçoit l’énorme complexe sportif du village. On est toujours surpris de voir de telles infrastructures sportives dans des villages aussi minuscules ! Puis commence une descente interminable. Elle est un peu trop forte à notre goût, on doit souvent freiner mais quel plaisir ! Quelques autres petites montées/descentes nous mènent à l’entrée de Barrancas. De là, 4km de montée nous amènent au village. Pfiou, que ces 4 km sont durs ! On n’en peut vraiment plus mais il faut tenir, le camping est là haut !

A Barrancas, on s’installe au camping et on va manger un bon repas copieux. On est crevé mais fier de notre trajet. On va bien dormir !

Que c'est bon!

Publicités

3 Responses to Bardas Blancas – Barrancas

  1. papounet dit :

    jolie coiffure!!

  2. gidebo dit :

    la bonne étape galère, c’est bon ca !!!

    (petits yeux l’angélique :p)

  3. remy dit :

    papounet: j’avais pas compris pour la coiffure, bien vu 😉

    gidebo: cette photo au réveil me fait rire à chaque fois que je la regarde 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :