Alumine – Junin de Los Andes: (20 et 21 décembre)

Après s’être reposé deux jours dans un camping en bord de rivière proche de la petite ville paisible d’Aluminé nous nous sommes remis en route.

Non loin du camping

Vue du camping

Nous avions 106km à parcourir pour nous rendre à Junin de Los Andes. Le premier jour nous commençons par 18km de goudron puis 40km de bonne piste. Les paysages sont agréables, le terrain est un peu bosselé mais rien de bien méchant et il fait frais. Cette fois rien ne vient gâcher notre pause de midi qui est très agréable en surplomb du Rio Alumine. Nous nous arrêtons avant 17h et posons la tente en bord de rivière, bien cachés de la route… bref une agréable journée de vélo avec de chouettes arrêts.

Première utilisation du filtre à eau.

Le lendemain nous savons que nous devons commencer par reprendre 400m de dénivelé. Ça prend du temps mais la piste est bonne et on monte tranquillement. Arrivés au point le plus haut, on est 300m plus haut que Junin et on se dit que finalement ça aura encore été une étape tranquille, agréable et relativement facile… c’était sans compter sur un terrible vent de côté qui ne nous laissera aucun répit sur les 30 derniers kilomètres. La descente sur la piste gravilloneuse ne sera pas facile, nous roulons très doucement pour ne pas perdre l’équilibre. Alors que nous espérions avoir plus facile sur le goudron, les choses ne font qu’empirer, sous les bourrasques on fait des écarts jusqu’au milieu de la route. On roule avec un oeil rivé sur le rétro et on s’arrête dès qu’un véhicule s’apprête à nous dépasser.

Premier bobo. Les trois véhicules qui sont passés entre la chute et le rafistolage se sont tous arrêtés pour voir si tout allait bien!

C’est donc probablement ça le terrible vent patagonien dont nous avons entendu parler, celui qui rend les cyclistes fous quand il souffle pendant des jours, qu’on entend sans discontinuer son sifflement… espérons que nous n’aurons pas trop souvent à le subir!

On verra même un oiseau tenter de traverser la route en marchant contre le vent, tête baissée, tomber plusieurs fois! J’en ai vu un autre s’écraser en vol.

A Junin nous nous rendons au camping et le propriétaire nous propose un dortoir chauffé pour nous tout seul, avec accès au sanitaire des femmes sans passer par l’extérieur pour à peine plus chèr que l’emplacement de camping… on prend! C’est qu’il ne fait plus si chaud, à peine quelques degrés hier soir. Pour nous rendre en ville nous avons sortis gants, bonnet, écharpe… les décorations de Noel nous semblent tout de suite plus crédibles.

Demain nous aurons normalement (mais on ne jure plus de rien ici) une étape facile, 45km entièrement goudronnés, jusqu’à San Martin de Los Andes où nous avons réservé une chambre du 23 au 26, pour y passer Noel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :