Prendre le bus un vendredi 13…

On n’est pas vraiment superstitieux, on n’a donc pas hésité une seule seconde jeudi en allant acheter nos tickets de bus pour le lendemain. J’ai même choisi les places à l’avant, les plus dangereuses en cas d’accident, pour une fois qu’elles étaient encore libres (on est plutôt habitués aux places arrières… proches des toilettes odorantes au bout de quelques heures de trajet). La dame au guichet nous a bien assurés que c’était un simple étage avec des grandes soutes et qu’il n’y aurait aucun souci pour les vélos.

Vendredi matin, on se lève tôt. La journée commence bien, le proprio de l’auberge a rajouté du jus par rapport au pti déj standard et nous fait goûter un délicieux fromage maison et sa femme nous offre un paquet de gaufrettes au chocolat pour la route (super 8 pour ceux qui connaissent, c’est assez addictif).

Nous sommes à la gare bien à l’heure et attendons le bus. Lorsqu’il arrive, les chauffeurs regardent nos vélos en faisant « non » de la tête… ça commence mal! Ils ouvrent ensuite les énormes soutes… et nous découvrons qu’ils ont embarqué de nombreux colis à livrer. On tentera quand même de faire rentrer les vélos mais ce fut impossible. C’est bien la première fois qu’on nous assure au guichet qu’il n’y aura pas de soucis et qu’on est finalement refusés… c’est aussi la première fois que les vélos ne peuvent rentrer dans un bus simple étage. Nous sommes un peu dépités!

Nous nous mettons donc à la recherche d’un autre bus pour le jour-même. Une autre compagnie nous annonce avoir de la place sur un simple étage à 15h30 mais à l’autre terminal de bus, situé non loin. Pas de soucis, nous achetons les places. A 15h20, nous voyons arriver un bus pour Calama au quai où nous attentions le nôtre… mais il s’agit d’un double-étage et il est indiqué dessus « 15h01 ». On se dit que c’est le bus précédent qui a du retard mais par acquis de conscience je vais quand même voir le chauffeur pour vérifier… C’est notre bus! Là on se dit que c’était vraiment pas le bon jour pour prendre le bus avec nos vélos!

On explique la situation (leur vendeur nous a certifié que c’était un simple étage) et demande si on peut quand même mettre les vélos, on nous annonce un supplément exorbitant à nos yeux (30 000 pesos alors que pour nos billets on a payé 73 000). Rémy  s’énerve un peu, dit qu’on veut bien payer mais que là c’est abusé et qu’en plus la société manque de professionnalisme, que nous on fait tout pour faciliter les choses et gêner le moins possible en ne choisissant que des simples étages, on ne paiera finalement « que » 20 000 (32 euros) et on a tout fait rentrer en démontant les roues et mon siège. Après ces « explications », les chauffeurs ayant compris seront très sympas avec nous.

Ce matin au réveil nous étions dans le désert, du sable, des dunes, d’anciennes villes abandonnées et détruites et des mines. Le sous-sol ici regorge de minéraux, les mines de la région rapportent chaque année énormément d’argent au Chili.

Peu avant l’arrivée à Calama, nous apercevons au loin de hautes montagnes enneigées… nous imaginons que le col que nous devrons traverser pour retourner en Argentine se trouve là-bas quelquepart, la tâche s’annonce rude!

Notre guide (lonely planet) nous présente Calama comme une ville hideuse… moi je lui trouve un certain charme, la place d’armes (place principale, que l’on retrouve dans toute ville du Chili, du Pérou… et j’imagine d’autres pays d’Amérique du sud) est sympa et il y a une agréable rue piétonne.

Nous passons notre première après-midi à Calama à dormir… Rémy avait mal à la tête en arrivant et moi 2h après… serait-ce déjà l’altitude? (2300m « seulement »). On n’y est pas encore au col à 4800m!

Au soir nous profitons du dernier soir de la fête de la musique et allons voir une partie d’un concert de jazz gratuit, sympa!

Publicités

5 Responses to Prendre le bus un vendredi 13…

  1. Chevalier Bernadette dit :

    salut les jeunes,continuez à nous faire réver avec vos beaux récits.Nous vous souhaitons beaucoup de courage pour affronter

    les sommets!
    Nous vous embrassons bien fort. Patrice et babeth (Labenne)

  2. Bernard et Gisèle dit :

    Le concert de Jazz a atténué le mal de tête ?
    Et la visite de la mine, impressionnant, non ?
    Récupérez-bien avant de reprendre la route. A bientôt.
    Bisous. Bernard et Gisèle.

    • Ange dit :

      Heureusement le mal de tête était passé avant le concert 😉
      La visite de la mine était impressionnante, oui!

      Bisous à vous aussi

  3. Diane dit :

    moralité: les transports en commun durant un vendredi 13, c’est comme en Belgique cela peut porter poisse 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :