Traversée des Andes (fin!)

Les photos sont dans l’album Argentine Nord-Ouest

Dans le dernier article on vous avait laissé à la douane Argentine où nous étions restés 2 nuits, le temps de s’acclimater un peu mieux, car je n’étais toujours pas en grande forme au dessus de 4000m.

Jour 1: Douane Argentine – Salar d’Olaroz

En quittant la douane nous retrouvons les routes argentines… sans bas-côté goudronné. Ça semble universel dans le pays… ils font des économies de goudron au détriment de la sécurité. Heureusement ici il n’y a pas trop de trafic et il est rare que 2 véhicules se croisent à notre hauteur (les argentins passent en force, il semble qu’il leur soit impossible de lâcher l’accélérateur).

Pour une fois la route est relativement plate une grande partie de la journée mais le paysage bien que beau est relativement monotone à cause des longues lignes droites. (Rémy: « Si j’avais su qu’il fallait monter à 4000m pour pouvoir rouler sur une route plate en Amérique du Sud! »)

Nous aurons une fois à pousser dans une épaisse couche de sable pour contourner un pont coupé… des ponts cassés on en a souvent vu depuis le début du voyage. On finissait par penser qu’à chaque fois qu’il y avait un pont encore en état on pouvait voir en parallèle un ancien pont qui n’avait pas tenu.

Vers 13h, tout surpris on voit deux véhicules à deux roues qui se rapprochent très lentement… des cyclistes arrivent en sens inverse! Ce sont deux français, François et Eric, qui sont aussi partis (séparément) depuis plusieurs mois. Nous avions déjà croisé François sur la carretera australe… et pourrions recroiser Eric en Bolivie. Vu l’heure on s’installe pour pique-niquer tous les 4 en discutant avant de reprendre chacun dans sa direction.

Au soir nous plantons la tente au Salar d’Olaroz. On est repassés en dessous des 4000m (3915m) et ça fait du bien!

Jour 2: Salar d’Olaroz – Susques

Du salar à Susques,on passe une journée relativement monotone, avec de longues lignes droites. C’est particulièrement long dans les côtes car on ne se voit pas avancer avec ce paysage qui n’évolue pas.

La descente sur Susques en fin d’étape est toutefois très agréable avec de jolis paysages et des lamas régulièrement présents au bord de la route.

A Susques nous n’avons pas vraiment l’impression d’être de retour en Argentine. Jusqu’ici partout dans le pays les gens avaient une physionomie européenne. Ici la population est d’origine indienne, les habitants sont beaucoup plus introvertis, les maisons sont en brique crue ou en terre, l’habillement me rappelle un peu les campagnes péruviennes…

Ce qui ne change par contre pas, c’est la piètre qualité des informations de l’office du tourisme concernant la route… selon l’homme qui nous renseigne, on ne va faire que descendre ou rouler sur du plat jusqu’aux salines (il omet de dire qu’on s’élève d’abord de 250m… la route, qui commence en lacet, est pourtant visible depuis le village) puis il y a une toute petite côte (750m de dénivelé!) puis une grande descente (là on est d’accord, près de 2000m de dénivelé négatif). Si on se fiait aux offices de tourisme on aurait l’impression que l’Argentine et le Chili sont des pays plats!

Nous passons une nuit à Susques, contents de dormir « au chaud » dans une auberge (c’est non chauffé… mais il fait meilleur que sous tente!)

Jour 3: Susques – Tres Pozos

On se met en route avec dans l’idée de grimper 250m sur 14km puis descendre sur 16km et finir sur du plat. C’est ce que nous indiquait notre plan… au final on montera de nouveau au moins 400m de dénivelé et les 16km de descente seront parsemées de jolies montées. Du coup on râle!

On profite cependant beaucoup de la jolie descente dans la quebrada de mal paso, au milieu des roches rouges et de gigantesques cactus.

Au bout d’une bonne trentaine de km la route est enfin plate. On avance bien mais on décide de ne pas pousser jusqu’au restaurant indiqué sur notre plan et qu’on pensait pouvoir atteindre facilement (si le dénivelé avait été tel qu’indiqué).

Vers 15h30, alors que j’en avais ras-le-bol de rouler sur une longue ligne droite sans grand intérêt, on croise à nouveau un cycliste suisse, Marc. On vous parle de « notre traversée des Andes ». Son voyage à lui c’est « les traversées des Andes ». Il roule depuis Puerto Montt et n’a fait que zigzaguer entre le Chili et l’Argentine, traversant les Andes pratiquement chaque fois que c’était possible!

Marc a une super nouvelle pour nous! A 21km il y a une auberge/restaurant. On a envie de manger autre chose que de la purée en poudre ou de la polenta… on décide donc de pousser jusque là.

Un vent de face se lève. Je perds plusieurs km/h au compteur. Alors que je roule toujours devant, je demande à Rémy de passer, il imprime un bon rythme et je suis, collée dans sa roue.

Vers 17h20 on arrive enfin à l’auberge. C’est très basique et il n’y a pas d’eau chaude… mais ce n’est pas cher et la propriétaire est gentille. On reste donc et on mange bien pour pas cher. (Pour l’anecdote: dans la cour sur le même fil sèchent côte à côte de la viande et du linge)

Jour 4: Tres Pozos – Purmamarca

On se met en route en direction des salines de Salinas Grandes. Au bout d’une dizaine de km on y est. On en profite pour rouler sur la couche de sel et tenter de faire rapidement des photos avec des illusions d’optiques puis on roule un peu jusqu’au bas de la côte qui doit nous amener 750m plus haut.

Vu l’heure il est peu probable qu’on arrive à la gravir entièrement le jour-même. Je commence un rhume, je suis fatiguée… et j’aimerais arriver à Purmamarca au soir. On fait donc du stop et assez rapidement un camion s’arrête et accepte de nous emmener au sommet de la côte. Le début est en ligne droite monotone mais la fin de la côte est très belle.

Au sommet on décharge les vélos, on s’habille chaudement… et on s’élance dans la descente. C’est magnifique, 2000m de dénivelé, des tas de lacets (une soixantaine parait-il), des vues sur des canyons, des roches de différentes couleurs, des cactus… on s’en met plein les yeux!

Ça devait être terrible dans la région lorsque le relief s’est formé! On est vraiment impressionnés.

Publicités

One Response to Traversée des Andes (fin!)

  1. Parrain et Tantine dit :

    Eehhh bien, c’est quelque chose cette aventure andine… ; notre petit séjour à la Côte d’Azur était plus « pépère » 🙂 Bon courage pour la suite ! (fameuses les photos !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :