Bienvenue en Bolivie!

La Bolivie on en a longtemps rêvé, on avait hâte d’y arriver. ça fait maintenant environ trois semaines qu’on y est et pas à un seul moment nous n’avons été déçus par ce pays.

On vous avait parlé du peu de différences que nous vivions entre l’Argentine et le Chili… cette fois le passage de frontière nous a fait basculer dans un pays tout à fait différent.

La langue

Pour la langue guère de changement, l’espagnol est parlé par la plupart des gens… mais de façon souvent plus lente et avec un accent plus facile à comprendre qu’en Argentine, ici il est rare que nous ne comprenions pas ce que veut nous dire notre interlocuteur (sauf quand il s’agit d’un petit vieux édenté et ayant une grosse boule de feuilles de coca coincée dans la joue).

Dans les petits village cependant certaines personnes ne parlent que le quechua (langue des incas) ou l’aymara (langue d’un peuple conquit par les incas) qui sont deux autres langues officielles de la Bolivie (la constitution de 2009 reconnait 37 langues officielles)

Population

Contrairement aux pays précédents où la majeure partie de la population était originaire d’Europe (descendants des colonisateurs espagnols mais aussi d’autres pays européens), ici la population est majoritairement indienne (on est immédiatement repérés comme étrangers).

Dans les campagnes on a l’impression d’être revenus à une autre époque. Les gens sont pauvres et souvent sales, les moyens de transport motorisés sont rares et les logements sont sommaires. L’accueil que l’on reçoit dépend fortement des endroits, ainsi on a fuit un village où un type nous proposait de payer 100$ pour dormir dans l’école! (Vraiment une fortune ici, où on peut avoir des hébergements bien confortables pour 7 euros chacun) Dans le village suivant nous avons été très gentiment reçus au centre de santé, où on nous a mis une pièce à disposition pour la nuit… et au matin on a été accueillis avec un « vous partez déjà? »

La réponse à nos bonjours dans les villages semble aussi fortement dépendre du sexe et de l’âge de la personne. Les mamitas nous répondent généralement de façon très souriantes alors que les hommes (surtout jeunes) nous ignorent royalement. Les enfants eux restent bouche bée à notre passage, on pense que c’est l’effet surprise (on a eu l’occasion de dépasser des enfants à vélo qui ne nous on pas répondu… mais une fois passé la surprise, lorsqu’ils nous ont rattrapés ils nous on salué et on a pu échanger quelques mots avec eux)

En ville on croise des gens plus aisés habillés à l’occidentale aussi bien que des gens plus pauvres. On voit aussi quelques mendiants mais jusqu’ici ils me semblent moins nombreux que chez nous. Ce sont surtout des estropiés qui mendient.

Les mamitas

Les femmes de la campagne et celles en ville qui conservent leur habits traditionnels (les plus pauvres?) nous impressionnent. Elles ont souvent sur leur dos un morceau de tissus qui leur sert à transporter toutes sortes de choses (aussi bien des kilos de pommes de terre qu’un bébé ou petit enfant), la plupart des femmes en âge de procréer nous semble d’ailleurs avoir un bébé ou un petit en permanence sur leur dos. Ces petites femmes sont toutes courbées à force de porter du poids, et leurs jambes toutes fines et toutes sèches attestent du nombre de kilomètres qu’elles ont dû parcourir dans leur vie.

Il nous semble voir beaucoup plus de femmes que d’hommes au travail et celles-ci nous semblent avoir un caractère bien plus trempé que leurs hommes.

La nourriture

La nourriture Bolivienne est bien plus variée que celles des pays précédents. En Argentine on trouvait de la très bonne viande… mais pas de bons légumes et les accompagnements étaient très peu variés (frites, purée ou riz).

Ici on trouve de bons légumes et on apprécie la variété de tubercules (de nombreuses sortes de pommes de terre mais aussi l’oca, le camote (genre de patate douce mais pas trop sucrée, vraiment agréable))

La Bolivie est le premier producteur de quinoa, cette délicieuse céréale Andine, on en trouve comme accompagnement mais aussi dans de la soupe. Elle est aussi utilisée sous forme de farine pour faire des biscuits.

Au rang des plats typiques on apprécie aussi le pique macho, un gros plats contenant des cubes de viande, des petits morceau de saucisses, des frites, des légumes, éventuellement du fromage, des oeufs, des olives…

Rémy adore les saltenas qui ressemblent aux empenadas mais sont plus farcies et épicées. La farce se compose de viande, oeufs, oignons, raisins…

Les papas rellenas (pommes de terres farcies) sont aussi un régal!

Et pour couronner le tout on trouve de délicieux jus de fruits exotiques (au verre ou au pichet dans la plupart des restos) pour pas cher, ça fait bien longtemps qu’on n’a plus bu de sodas! Au choix: papaye, banane, tumbo (fruit de la passion?), maracuya, parfois fraise, melon…

Et si on se lasse de la nourriture bolivienne, dans les ville on trouve de la nourriture internationale. Ici il y a notamment une pâtisserie tenu par un français et un restaurant tenu par l’alliance française

Les villes

Les villes (jusqu’ici nous avons vu Tupiza, Potosi et Sucre) sont agréables à vivre avec leurs centres coloniaux et leurs bâtiments peu élevés. On n’a beau ne pas être des grands fans des villes en général, on se plait dans les villes boliviennes qu’on a vues jusqu’ici.

Au centre de chaque ville se trouve une belle grande place avec de nombreux bancs souvent occupés.

On trouve aussi systématiquement un marché central où on peut trouver de nombreux produits frais (enfin on a quand même parfois des doutes sur la fraicheur de la viande), les étals des fruits et légumes sont magnifiques. Chaque marché a son « comedor » (en général à l’étage) où l’ont peut manger à toute heure de la nourriture locale pour pas cher (on peut sans difficulté manger un bon plat de viande complet dès le matin).

Alors qu’on trouvait qu’il n’y avait quasi rien à faire dans les petites villes d’Argentine et du Chili, ici on visite pas mal, la région est chargées d’histoire et il y a de très intéressantes visites guidées de bâtiments historiques.

Le traffic n’est pas aussi important que chez nous, la plupart des gens n’ayant pas de véhicules à eux, la plupart des véhicules en ville sont des petits bus urbains (appelés micros) ou des taxis.

Le coût de la vie

Le coût de la vie, pour des européens, est ici très peu élevé. Nous sommes actuellement dans un logement confortable (un des meilleurs du voyage assurément) pour environ 7 euros chacun. Pour un niveau équivalent il fallait environ compter  le triple en Argentine ou au Chili.

Un repas du jour complet (entrée, plat et parfois dessert et/ou boisson) dans un petit village nous coûte environ 1,5 euros (10 à 15 bolivianos) alors qu’un plat ou menu du jour dans un restaurant plus haut de gamme tourne autour de 4 à 6 euros et un bon litre de jus de fruit ou limonade maison entre 1,5 et 3 euros au resto et nettement moins sur le marché.

Artisanat

On trouve dans les villes de nombreux magasins d’artisanat vendant des tas de choses qui nous plaisent, là aussi c’est un grand changement, on n’a acheté quasiment aucun souvenirs des pays précédents, l’offre de ce côté étant très pauvre.

Ici on trouve de nombreux pulls en laine d’alpaga et de lama (la plupart contiennent un mix des 2 laines… et sont vraiment agréables à porter), de beaux hamacs, des sacs, nappes,… en tissus colorés. On commence aussi à voir des céramiques qui nous plaisent…

Les désagréments

On n’en voit guère… si ce n’est les problèmes gastro-intestinaux consécutifs à certains repas dans les villages, sur les marchés ou dans de petits restaurants populaires…

En résumé…

Vous l’aurez compris la Bolivie nous plait! Seule « ombre » au tableau… on vient d’apprendre qu’il y a une nouvelle loi concernant les visas touristiques, il ne suffit plus de passer une frontière et de revenir pour avoir le droit de rester plus longtemps dans le pays. Les séjours sont maintenant limités à 3 mois/an… il va donc falloir qu’on calcule bien pour pouvoir voir toutes les régions que l’on souhaite découvrir, faire les treks qui nous tentent le plus…

Publicités

One Response to Bienvenue en Bolivie!

  1. Bernard et Gisèle dit :

    Bravo et merci pour cette documentation très riche sur la Bolivie; Aprés une étape comme celle que vous avez vécue, on comprend que vous ayez besoin d’une pause. Profitez bien de Sucre et qu’ Angélique retrouve sa pêche d’enfer !
    Disfrute, disfrute…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :