Un pti tour au Paraguay

Pour une fois on a une bonne connexion, les photos sont donc dans l’article et non en bas.

On a aussi (enfin) pu mettre l’itinéraire à jour, googlemap requiert en effet une très bonne connexion.

Plutôt que de retourner sur nos pas pour rejoindre Santa Cruz, nous avons décidé de passer par le Paraguay pour le retour.

Nous pensions aller directement à Asuncion, y passer une nuit et puis retourner à Santa Cruz directement. Un petit tour à l’office du tourisme de Ciudad del Este nous a fait changé d’avis. On a suivi son conseil et nous nous sommes rendus à Villarica, ville parait-il sympa… Et bien nous avons été assez déçus, il y a bien 2-3 beaux bâtiments dans le centre ainsi que des places agréables mais, honnêtement, il n’y a rien qui vaille le détour.

Cathédrale de Villarica

On se renseigne pour savoir où on peut aller manger le soir… uniquement à la boulangerie ou au « patio de comida » du supermarché… on opte pour le second espérant y trouver un plat complet mais ils n’ont que des empenadas et autres trucs du genre. Et pour dormir on a une chambre glaciale, vraiment mal isolée que ce soit du froid ou du bruit… on décide donc de repartir le lendemain matin.

Le bus que nous prenons est tout sauf confortable et les gens s’y entassent, bien que le trajet dure des heures, des gens sont debout dans le couloir. On a de la chance, j’ai eu rapidement une place assise et Rémy en a eu une au bout d’une grosse demi-heure…

L’intérieur du bus… après qu’il se soit pas mal vidé

Avec ça ils peuvent rouler n’importe comment…

Nous arrivons à Asuncion en milieu de journée. Après nous être installés à l’auberge, nous allons nous balader dans le centre. On est dimanche et un match important du championnat de foot paraguayen est en cours… il n’y a pas un chat dans les rues. Les seules âmes qui vivent que nous voyons sont les soldats qui gardent les bâtiments important… et à deux pas de là deux enfants jouent au cerf-volant non loin des bidonvilles coincés entre le fleuve et les beaux bâtiments.

Un bâtiment colonial d’Asuncion

Ici, se balader avec le bidon pour le tereré (maté froid) est aussi important que d’avoir son thermo pour le maté en Argentine

Intégration de l’ancien et du nouveau

Les bidonvilles, coincé sur une étroite bande de terre entre le centre et le fleuve

A 100m des bidonville, un bâtiment moderne (bien gardés par des hommes armés)

Encore de jolis bâtiments

Maison rose

Palais San Lopez (bien gardé lui aussi)

Patriotes les Paraguayens!

Il y a de beaux bâtiments coloniaux… mais nous ne recommanderions pas de faire le détour pour voir Asuncion, seulement de s’y arrêter pour souffler un peu au milieu d’un long trajet.

Pauvre petit bâtiment colonial écrasé par une énorme tour… c’est ça aussi le centre d’Asuncion

Le lendemain dès 7h du matin on est réveillé par des bruits de travaux dans l’auberge: disqueuse, marteau… Au petit déjeuner, je me sers un grand café au lait… imbuvable, le lait avait tourné! Et on peut observer les travailleurs creuser le sol de la pièce tout en mangeant. Franchement, ils auraient pu prévenir qu’ils allaient faire des travaux et nous faire un prix dans ces conditions! (Surtout que comme c’est une auberge de jeunesse officielle ce n’est vraiment pas donné pour l’endroit)

Lundi on retourne se balader un peu dans Asuncion, on dirait une autre ville, il y a du monde partout en rue! On fait un petit tour dans le marché artisanal puis on s’installe sur un banc pour regarder le passage sur la place, un homme porte un énorme panier de pain en équilibre sur sa tête (sans se servir des mains!), plusieurs cireurs de chaussures attendent des clients, deux hommes jouent à un jeu ressemblant aux dames…

Cireur de chaussures

Au bord de la place…

Ajoutons quand même que si le pays ne nous a pas plû plus que ça, les Paraguayens nous on semblé un peu timide… mais vraiment très gentils.

Publicités

10 Responses to Un pti tour au Paraguay

  1. JoCo dit :

    Comme à chaque fois, vos récits sont agréables à lire et intéressants. D’autant plus qu’ils constituent une bonne source d’infos pour les futurs voyageurs dans ces mêmes contrées.
    Question toute simple: lorsque vous vous baladez en ville, vous laissez les vélos là où vous avez dormi ? Pas de crainte pour les bagages ?.

    • Ange dit :

      Aucun soucis pour les vélos, la plupart du temps ils sont dans un jardin ou une cour intérieure… quand il ne sont pas carrément dans notre chambre. Quand on a le moindre doute on sort nos super-cadenas, des U bien (trop) lourds.
      Pour ce qui est des bagages, on les laisse dans notre chambre, pas de problèmes jusqu’ici mais on est rarement dans les logements les plus bas de gamme en ville et rarement en dortoir… et dans les villages c’est souvent de petites auberges familiales.

      En Argentine et au Chili, dans les camping, on laissait pas mal de choses dans la tente et les vélos attachés à un arbre, aucun souci non plus.

      Après c’est comme par chez nous, la plupart du temps dans les camping on n’a pas de soucis mais ça peut arriver j’imagine.

      Là on retrouve demain toutes nos affaires laissées 2,5 semaines à Santa Cruz…

  2. Annie dit :

    Photos très intéressantes!
    Merci pour ce joli tour 🙂

  3. zwoofffwoofff dit :

    Hello,
    Finalement vous n’auriez pas fait plus simple en ne prenant pas vos vélos?

    • Ange dit :

      Bonjour,

      La question porte-t-elle sur notre récente escapade de 2 semaines vers Iguazu ou sur l’entièreté du voyage? Pour notre récente escapade on avait laissé les vélos à Santa Cruz et acheté des sacs à dos, c’est sûr qu’avec les vélos ça aurait été pénible tous ces bus!

      Pour ce qui est du voyage, on est bien contents d’avoir fait la partie entre Mendoza et El Chalten en vélo de même que le paso Jama (de San Pedro de Atacama à Purmamarca). Après on avoue que l’idée de renvoyer les vélos nous a traversé l’esprit à plusieurs reprises, par exemple sur la carretera australe quand on en avait marre d’en baver et qu’il a plut non stop pendant plusieurs jours d’affilé, le moral (comme le soleil) n’était pas au zénith.
      Ici après cette escapade, on en a marre de faire « les touristes en bus » (même si ça nous a fait du bien). On avait prévu de faire le tour des missions jésuites en bus mais on a changé d’avis, on veut de nouveau rouler, être plus proche des gens, découvrir lentement les paysages traversés…
      On est entrain de revoir notre itinéraire pour le Pérou. En Equateur et Colombie on pense faire le plus gros à vélo… normalement c’est surtout pour la Bolivie qu’on aura peu roulé, les distances étant grandes, le dénivelé terrible et notre timing serré (il n’est plus possible de rester plus de 90 jours par an dans le pays).

      Après c’est sûr qu’un voyage sac au dos nous parait bien plus simple qu’un voyage à vélo… surtout dans ces pays où les bus sont nombreux… et la route jamais plate.

  4. cyclonomades dit :

    Salut les amis,
    C’est cool de vous lire ! J’imagine que ca fait du bien une petite escapade sans velo, ca permet de changer un peu et d’aller dans des endroits pas forcement tres accessibles a velo. En tout cas, ca nous a donne envie de revenir faire un tour du cote de Santa Cruz!
    Quel est votre itineraire prevu ? De notre cote, on a passe le Perou tres rapidement et on est desormais a Riobamba, environ 200 km au sud de Quito.
    Portez vous bien
    Gros bisous
    Sandrine et Vincent

    • Ange dit :

      Hola amigos!

      Bien contents d’avoir de vos nouvelles. Vous devez voir qu’il y a souvent des lectures de votre blog depuis la Bolivie, on vous suit régulièrement 😉

      Pour la suite, on va tenter de repartir à vélo :p On voudrait faire le tour des missions jésuites de San Jose à San Javier, c’est un peu plus de 500km si on peut prendre le bus jusqu’à San Jose et depuis San Javier, sinon ce sera le double.

      Après soit vélo jusque Trinidad puis bus pour Rurrenabaque, soit bus de Santa Cruz à La Paz où on laisserait nos vélos pour aller à Rurrenabaque.

      On attend de lire vos comptes-rendus sur l’Equateur 😉
      C’est clair que le Pérou ce fut un passage éclair… mais je suis sûre que vous allez être très contents de retrouver les parents de Vincent!

      Gros bisous, bonne route et surtout suerte!

  5. Parrain et Tantine dit :

    Et on se plaindra encore de nos transport en commun 🙂 Aaah ça, ils roulent comme des fous… Et avec San Ezpedito, on est expédié où ?? 🙂 . A propos, bien le capybara, ça me rappelle quelqu’un… facile 🙂 Biz et (toujours) bon voyage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :