A la rencontre des animaux d’Amazonie

Plus de photos de la pampa et de La Paz sont disponibles dans l’album « Bolivie-Nord Ouest ».

Le 7 août, ça y est, nous nous décidons enfin à quitter La Paz !

Nous partons de bon matin en taxi en direction de l’aéroport, pour prendre l’avion vers Rurrenabaque, une petite ville touristique de l’Amazonie bolivienne. Angélique n’est pas très rassurée de voir le petit coucou à hélices de 19 places qui va nous emmener mais il n’y a pas eu d’accidents graves depuis une quarantaine d’années, ce ne serait pas de bol que ça nous arrive aujourd’hui 🙂 Une fois à l’intérieur, on se rend encore plus compte de l’étroitesse de l’appareil. Il n’y a même pas de porte qui sépare la partie passager des pilotes, et comme nous avons pris les places les plus en avant, on peut observer toutes les manoeuvres. Juste derrière moi, une mamita s’installe et s’endort juste après avoir effleuré le siège. La faculté d’endormissement des boliviens dans les moyens de transport ne cesse de nous impressionner 🙂 (Angélique: papa tu as une très sérieuse concurrence)

Le vol se passe très bien. On est surpris en survolant « El Alto », la partie haute de La Paz, de découvrir une ville toute plate bien quadrillée avec une église moderne tout les quelques pâtés de maisons (On a l’impression de jouer à simcity). Nous pouvons admirer les quelques hauts sommets enneigés de l’altiplano, apercevoir le lac titicaca au loin, puis survoler une mer de nuages avant de descendre vers la forêt amazonienne. A peine posés sur une belle piste d’atterrissage goudronnée au milieu de nulle part, l’avion emprunte une piste de terre plutôt herbeuse sur un petit kilomètre, pour nous déposer devant une maison qui fait office d’aéroport. Bienvenue à Rurrenabaque !

Ici, les touristes en pantalon et pull venant de La Paz croisent ceux qui vont s’y rendre en short, tongues et tee-shirt. Dans tous les cas, un choc thermique est garanti à l’arrivée 🙂

Rurrenabaque nous apparait rapidement comme une petite ville très paisible où il fait bon déguster de bons poissons fraichement pêchés dans le rio Beni, puis se détendre dans un hamac. Aussitôt arrivés, nous partons faire le tour des agences pour réserver un tour dans la pampa à partir du lendemain. Notre choix se porte sur Bala Tours, nous partons le lendemain à 9h.

Jour 1

On commence par 3h de route sur une piste caillouteuse en compagnie de notre sympathique guide Leonardo. La voiture est confortable, avec climatisation, c’est bien appréciable ! Leonardo nous racontera qu’il y a quelques temps, les voitures utilisées n’avaient pas la climatisation, et en plus la poussière très fine de la route pénétrait dans l’habitacle. C’était difficile de respirer …

A mi-chemin, Leonardo aperçoit un paresseux. Nous nous arrêtons pour l’observer. C’est une sorte de singe, pesant environ 15kg et excellant dans la pratique du taï-chi. Nous sommes restés un quart d’heure à le regarder passer d’une branche à une autre et quand nous sommes partis, il n’avait pas encore fini ! Malheureusement pour lui, à cause de sa lenteur il a beaucoup de prédateurs. (Et pour les petits malins qui voudraient en profiter pour en attraper un comme animal de compagnie… il parait qu’en captivité il ne fait que pleurer).

A midi, nous arrivons au lodge. L’endroit est très calme, idéal pour se détendre après une excursion. Nous rencontrons rapidement l’équipe qui gère le lodge, nous mangeons un bon repas à base de produits locaux puis nous allons nous reposer une petite heure dans les hamacs. Quelques singes capucins ont eu la bonne idée de venir chercher des fruits dans les palmiers, alors je passe cette heure à les observer. Ils sont à la fois curieux et craintifs, ils jettent systématiquement un coup d’oeil vers les hamacs avant de s’aventurer à découvert.

Il est ensuite l’heure d’aller faire notre premier tour en bateau sur le rio Yacuma ! Pendant 4h, nous pouvons observer une quantité incroyable d’animaux. Des caïmans spectaculaires (c’est leur nom !) qui prennent le soleil pour accumuler suffisamment de chaleur pour pouvoir être actifs la nuit, des tortues à la queue-leu-leu sur une branche qui prennent aussi le soleil et qui n’hésitent pas à se laisser tomber à l’eau dès que nous approchons, des capybaras en famille et de nombreux oiseaux très différents (jabiru, martin pêcheur, cardenal, cuaco, cormoran, ….). Nous observons par exemple un cuaco, un oiseau au long cou, qui courtise une femelle en faisant des bruits de vache. Cela n’a pas l’air de fonctionner pour lui …

On a la chance d’avoir un guide motivé et enthousiaste. Il nous propose de laisser la barque sur une rive et d’aller marcher un peu dans la forêt pour apercevoir quelques serpents si on a de la chance. Mais quel dommage, nous n’en trouvons pas 😉 En revanche, on se rend bien compte de l’activité des animaux au coucher du soleil : les caïmans plongent pour aller chasser, les poissons attrapent les insectes à la surface de l’eau, la vie reprend son cours 🙂

Après le repas du soir, nous repartons en bateau de nuit pour voir les yeux des caïmans. C’est rigolo, on dirait des petites bougies qui flottent à la surface puis qui s’éteignent dès que nous approchons trop près.

Jour 2

Au matin, on part à la rencontre des dauphins roses ! On navigue une petite demie heure, apercevant les mêmes animaux que la veille avec toujours autant de plaisir. Petit à petit, on découvre une nouvelle espèce de caïmans (les caïmans noirs) qui sont plus gros que les spectaculaires. Ils peuvent mesurer jusqu’à 5-6 mètres, mais ici ils ne dépassent pas 3 mètres. Plus on avance, plus il y a de caïmans sur la rive … Va-t-on réellement descendre dans cette eau boueuse pour nager aussi près d’autant de caïmans ? Sans oublier tous ces piranhas que nous ne voyons pas …

Voilà un premier dauphin qui se montre ! Chouette ils sont 3 ! Le guide est tout excité, ça y est c’est ici que l’on va nager ! Bizarrement, l’entrain que l’on avait à l’idée de nager avec les dauphins roses s’est un peu estompé, et on se regarde en se demandant qui va y aller le premier.

Alors que l’on s’interroge toujours, on voit un gros caïman noir d’au moins 3 mètres, s’aventurer dans l’eau et se faire lourdement chahuter par les 3 dauphins. Il file fiça jusqu’à la berge opposée ! Ce n’est donc pas une légende, les dauphins roses règnent en maitre sur les eaux boueuses du rio Yacuma. Puis les dauphins s’approchent du bateau est arrosent copieusement Leonardo, ce qui nous fait beaucoup rire !

Lorsque Leonardo nous dit qu’il vient nager avec nous, cela finit de nous rassurer et nous nous mettons à l’eau avec lui, gardant un oeil sur les caïmans. Nous nous baignons une grosse heure, en essayant mainte fois de se rapprocher des dauphins mais ils sont beaucoup moins joueurs que les dauphins de mer. Ils se montrent de loin, ne sautent pas, et ne veulent même pas attraper le ballon que nous leur lançons. Dommage … Cela restera quand même une expérience marquante de notre voyage !

L’après-midi, on va pêcher le piranha. Nous pensions manger nos prises au retour, mais finalement nous devons tout relâcher. Pêcher dans ces conditions est beaucoup moins motivant mais nous nous prêtons quand même au jeu histoire de voir à quoi ressemble un piranha. Notre matériel est très simple : du fil, un hameçon beaucoup trop gros et de la viande. A peine la première ligne lancée que ça remue déjà sous l’eau. On sent bien le côté vorace de ces poissons. Ils sont très rapides pour arracher des petits morceaux de chair fraiche sans s’accrocher à l’hameçon. Il nous faut insister un moment avant de sortir le premier de l’eau, et on comprend vite qu’il est plus rentable de manger la viande que de pêcher le piranha 🙂

Finalement, j’en attrape 2 et Leonardo 4, pendant qu’Angélique, rapidement lassée, étudie de prés une famille capybara. Nous pouvons ainsi découvrir les 3 espèces de piranhas peuplant ce rio : le rouge, le blanc et le jaune. Ceux que nous attrapons sont petits et donc moins impressionnants que ce à quoi on pensait, surtout pour la dentition.

Sur le chemin du retour, nous avons de nouveau la chance d’apercevoir plusieurs dauphins roses, mais ils ne souhaitent toujours pas jouer avec nous.

Le soir, alors que tout le monde mange dans le comedor, un guide nous appelle pour observer un porc-épic qui passe de palmier en palmier à la recherche de fruits. Malheureusement, un groupe d’américains sort avant nous, et avec leur « Oh my goooood ! It’s awesooooome ! It’s so coooool ! Is it chicken ? » (bon d’accord, la dernière phrase c’est moi qui la rajoute, mais c’était presque ça …), le porc-épic ne reste pas longtemps visible. On se dit qu’on est bien content d’être seuls tous les deux avec le guide sur le bateau … A peine couchés, on entend du raffut dans les palmiers à côté de notre bungalow. Je sors en pensant que ce sont des singes nocturnes (le guide nous a dit qu’il y en avait souvent) et j’aperçois un autre porc-épic. C’est impressionnant de voir cette bête en haut d’un palmier !

Jour 3

Pour cette dernière matinée dans la pampa, Leonardo nous propose de partir à la recherche d’anacondas. Nous chaussons nos bottes, naviguons quelques minutes puis commençons à marcher dans les marécages. Nous marchons toute la matinée, alternant zones marécageuses et chemins de terre en plein caniar, mais nous ne verrons qu’une anguille et plusieurs caïmans, aucun anaconda. Leur territoire est tellement vaste qu’il est difficile d’en rencontrer. Quoiqu’il en soit, cela nous aura permis de découvrir la pampa autrement que sur un bateau.

Comme il nous reste un peu de temps avant le repas du midi, on en profite pour faire un dernier tour en bateau et dire au revoir aux différents animaux 🙂

On profite aussi d’une dernière petite sieste dans les hamacs avant de reprendre la route et rejoindre Rurrenabaque. Ces 3 jours sont passés très vite, on s’est beaucoup amusés 🙂

Publicités

One Response to A la rencontre des animaux d’Amazonie

  1. Parrain et Tantine dit :

    Superbe excursion ! Vraiment intéressant ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :