Pérou, nous voici!

Tout ce qui est écrit ici concerne bien sûr nos premières impressions à l’arrivée dans le pays et notre opinion est sujette à modification.

Un article sur notre visite des iles Uros suivra.

Le Pérou, c’est le premier pays hors Europe dans lequel j’ai mis les pieds, il y a 4 ans d’ici. Depuis ce voyage de 4 semaines qui m’avait enchanté, je n’ai eu qu’une idée en tête… y retourner pour en explorer le nord.

Au bout d’11 mois de voyage, nous y voici enfin (au Pérou, pas encore dans le nord du pays)!

On est entrés au Pérou aujourd’hui (02/09). Première destination: Puno, au bord du lac Titicaca. A l’arrivée du bus, on n’est pas tranquilles bien longtemps. Des rabatteurs guettent les (trop rares) touristes en ce début de basse saison. On ne nous laisse pas acheter tranquillement notre billet de bus à destination de Cusco pour le lendemain, on nous propose hôtels, excursions… On dit non à tout le monde… mais au moment de prendre un taxi pour rejoindre le centre, un autre rabatteur nous aborde, on l’écoute gentiment… puis avec intérêt. Il nous propose un hôtel 3* en plein centre, avec douche chaude, petit déjeuner et wi-fi pour 20 soles (6 euros) par personne! (Le tarif normal affiché dans l’hôtel est de 44 euros la chambre double) Vive la basse saison! Ce serait top si on pouvait profiter d’offres similaires dans les prochaines villes!

A part l’excellent rapport qualité/prix de notre hôtel, on découvre vite que la vie va nous coûter bien plus cher au Pérou qu’en Bolivie. Les montants sont assez similaires… mais un sol péruvien vaut 2,6 bolivianos environ! Tout revient bien plus cher aussi que dans mon souvenir… j’avais 4,6 soles pour 1 euro. A l’heure actuelle, le change est plutôt vers 3,3! (A tenir en compte pour ceux qui préparent un voyage dans le pays, les guides de voyage parlant plutôt de 4).

Tant qu’on en est aux côtés négatifs… difficile ici de regarder tranquillement les boutiques de souvenirs/artisanat, vous pouvez être quasi sûr que dès que le vendeur ou la vendeuse vous aura repéré, il n’aura de cesse de tout vous montrer pour essayer de vous refourguer un article à tout prix (dans tout les sens du terme, ici, il faut négocier… mais ce n’est pas très compliqué, le vendeur s’en charge tout seul, les prix ayant tendance à baisser tant que vous n’avez pas décidé d’acheter).

Les gens qui ne travaillent pas dans le tourisme nous paraissent, quant à eux, très gentils! Il faudra juste arriver à faire abstraction des rabatteurs et des vendeurs d’artisanat et ne pas s’énerver quand on se rendra compte qu’on a payé le taxi 2 fois plus cher que le tarif normal.

Dégustation d’inka kola

Au rang « gastronomique », j’ai retrouvé l’Inka Kola (le soda national, une vraie crasse bien chimique… mais que j’apprécie) et les grenadilles (de bons fruits de la familles des grenades) et j’ai hâte de retrouver le leche asada (sorte de flan très bon et, à l’époque, très bon marché), les papas rellenas (pommes de terres farcies), les épis de mais à grignoter avec du fromage vendus comme en-cas en rue, les empenadas (je ne suis pas fan de leurs cousines, les saltenas qu’on trouvait partout en Bolivie)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :