Trek de l’Ausangate : Jour 1 : Tinki – Upis

Départ 9h15 – Arrivée 14h05

Départ 3785m – Arrivée 4433m – Max 4512m

Distance 12.7km – Tps déplacement 3h47

Ce matin, à 9h15, après une bonne nuit passée chez Daniel, nous nous mettons en route sous un beau soleil après un petit déjeuner de champion. On a eu de la salade de fruit (papaye, banane et orange), des céréales, du pain, de la confiture et des boissons chaudes.

En partant, nous traversons le marché qui se tient le dimanche sur la place du village et croisons des villageois arrivant à pied ou en moto de toutes les directions. Toutes les femmes, même les plus jeunes, sont en tenue traditionnelle : jupe noire brodée de motifs aux couleurs vives, souvent fluos, et chapeaux plats blancs, brodés aux mêmes couleurs.

Vue lointaine sur l’Ausangate en quittant Tinki

Toutes les femmes sont vêtues de leurs habits traditionnels

Durant au moins 3km on continue à voir des maisons en brique de terre crue, à côté desquels se dressent de petites constructions en béton. La commune a fait construire pour chaque maison un petit cabanon contenant toilette, douche et arrivée d’eau.

Au loin on voit l’Ausangate et son voisin, dont j’ai oublié le nom. On en est encore loin mais la vue que l’on a en débutant la journée est très prometteuse pour la suite du trek.

Malheureusement, plus on s’en approche et plus il se cache derrière d’épais nuages… on était prévenus, à cette saison les matinées sont généralement très belles alors que les après-midis peuvent être très nuageuses.

A la fin de la montée j’ai bien un peu mal aux jambes et je suis rapidement essoufflée si je force un peu trop sur le rythme mais aucun soucis concernant l’altitude. On monte quasiment aussi haut aujourd’hui que lors de notre passage par le Paso Jama à vélo mais avec bien plus de facilité.

En route vers l’Ausangate

L’Ausangate qui joue à cache-cache avec les nuages

Alpaga roux

Malgré les nuages, le ciel est superbe

on monte tranquillement

Les nuages noirs sont partis, nous pouvons continuer plus sereins

On approche du premier campement

Lors des pauses, on profite du pique-nique que Felipe nous a remis en partant : 2 bons sandwiches (1 avocat, 1 tomate et fromage), des biscuits à la coco, une barre de chocolat, une banane et 2 bonbons chacun.

Peu après 14h, on a déjà fini la marche du jour, avec 1h d’avance sur le programme. On monte les tentes : une pour nous, une pour Daniel et Felipe, une grande pour cuisiner et manger… et surprise, même une pour les toilettes ! Le temps qu’on s’installe et Felipe a fait chauffer de l’eau. On va donc se réchauffer autour d’un maté de coca et de crackers, en compagnie de Daniel, Felipe, et un vieux bonhomme qui vit là. On écoute leurs conversations en Quecha, une langue dont les sonorités ressemble étrangement à l’arabe.

On file ensuite vers la piscine d’eau chaude, une source d’eau bouillante jaillissant dans les parages. A notre arrivée l’eau de la piscine est tellement chaude qu’il est impossible d’y entrer une jambe entière ! L’homme qui s’en occupe change alors le système d’arrivée d’eau pour que l’eau d’une source froide arrive aussi.

pas facile de mettre les pieds dans l’eau !

mais après, qu’est ce qu’on est bien !

Au bout d’un bon moment, on peut enfin rentrer dans l’eau… et c’est un délice ! On reste finalement près de 2h quasi seuls (la plupart du temps on était 3, avec Daniel puis avec un autre guide) dans l’eau chaude. On aura même le plaisir de voir l’Ausangate se dégager un peu durant une dizaine de minutes. Imaginez-vous dans une piscine d’eau bien chaude, en pleine nature, avec devant-vous une montagne culminant à 6300m et comportant un magnifique glacier et dont les sommets sont couverts neige !

aux bains thermaux avec Daniel

Pour ceux qui préfèrent l’eau glacée, cette petite rivière est parfaite 😉

Après la baignade, il a beau faire froid dehors, on a chaud sans avoir besoin de trop s’habiller. On se sent juste bien, fatigués mais heureux d’être là.

On termine la journée par un super repas préparé par notre cuisto… c’est tellement bon qu’on lui suggère d’ouvrir un restaurant. Il nous a préparé de la soupe aux légumes, du lomo saltado avec du riz (sans aucun doute, le mieux cuit du voyage) puis en dessert du mazamora à la pêche.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :